International Afghanistan
Mis à Jour le : 11 mai 2009  18:49
L’honneur perdu de l’occident, par Robert Fisk
11 mai 2009

Les massacres répétés de populations civiles sous les bombardements de la coalition en Afghanistan réduisent à néant toutes les prétentions morales qui sont avancées pour justifier cette guerre. Une armée en campagne qui prend le risque de tuer des dizaines de civils en écrasant des villages sous les bombes pour ne pas avoir à exposer la vie de ses soldats dans un affrontement rapproché avec les rebelles ne vaut pas mieux que ceux qu’elle prétend combattre. Les morts du village de Granai n’ont pas fait les gros titres. Aucune voix ne s’est élevée ici pour poser cette question brûlante : que fait la France dans cette sale guerre ? L’indifférence en ces circonstances confine à la complicité. Quelque soient les arguments que l’on puisse avancer sur les différences entre les règles d’engagement entre les forces américaines et européennes, après ce massacre, ce ne sont qu’arguties. Qui pourrait, après Granai, avoir le front d’affirmer que cette guerre est « juste » ? Qui pourrait décemment le croire ? Sûrement pas le peuple Afghan, sans l’ombre d’un doute. Contre Info.

Par Robert Fisk, The Independent, 10 mai 2009

Bien sûr, il y aura une enquête. D’ici là, on devrait nous dire que tous les civils afghans tués avaient été utilisés comme « boucliers humains » par les talibans, et nous déclarerons que nous « regrettons profondément » que des vies innocentes aient été perdues. Mais nous affirmerons également que la faute en incombe aux terroristes et non pas aux héroïques pilotes, aux Marines, et aux forces spéciales qui désignaient les cibles à Bala Baluk et Ganjabad.

Quand les Américains détruisent des maisons en Irak, il y a une enquête. Et les Israéliens, ô combien, aiment les enquêtes (même si elles ne révèlent rien). C’est là l’histoire du Moyen-Orient aujourd’hui. Nous sommes toujours dans notre droit et quand ce n’est pas le cas, nous faisons (parfois) des excuses, puis ensuite faisons porter le blâme à tous ces « terroristes ». Oui, bien sûr, tous ces coupeurs de tête et responsables d’attaques suicides sont tout à fait prêts à massacrer des innocents.

Mais le simple fait que ce soit le si faible Président Hamid Karzai qui apparaisse comme un symbole de grandeur d’âme lorsqu’il a appelé hier à « un niveau de moralité plus élevé » dans la conduite de la guerre, et dit que nous devrions nous y comporter en « meilleurs êtres humains », montre à quel point ce massacre a été terrible.

L’explication est fort simple, bien sûr. Nous vivons, ils meurent. Nous ne prenons pas le risque d’exposer nos braves petits gars sur le terrain - pas pour des civils. Ni pour rien d’autre. Nous tirons des obus au phosphore sur Falloujah. Nous tirons des obus de char sur Najaf. Nous savons que nous tuons des innocents. Israël fait exactement la même chose. Et il a également dit la même chose après que ses alliés aient massacrés 1700 civils dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila en 1982, et après la mort de plus d’un millier de civils au Liban en 2006, et après la mort de plus d’un millier de Palestiniens dans la bande de Gaza cette année.

Et si on tue en même temps des hommes en armes - des « terroristes », bien sûr - c’est alors le même argument habituel du « bouclier humain » qui est utilisé, avec au bout du compte, un blâme pour les tactiques des « terroristes » . Nos tactiques militaires sont désormais en parfaite harmonie avec celles d’Israël.

La réalité, c’est que le droit international interdit aux armées de tirer sauvagement sur les bâtiments où s’entassent les civils et de bombarder sauvagement les villages - même lorsque des forces ennemies y sont présentes - mais que ces règles ont été jetées par dessus le bord en 1991 lors des bombardements de l’Irak, puis en Bosnie, puis durant la guerre que l’OTAN a mené en Serbie, puis durant la guerre d’Afghanistan en 2001, puis durant l’aventure en Irak de 2003. Qu’elle ait lieu, cette enquête ! Et que l’on parle des « boucliers humains »... Terreur, terreur, et encore terreur....

Une dernière remarque : innocents ou « terroristes », civils ou talibans, ce sont toujours les musulmans qui sont à blâmer.


Publication originale The Independent, traduction Contre Info


Du même auteur
Référence
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2713
 
 
Dans la même
Rubrique
Dans l'Actualité