mercredi, octobre 5, 2022

L’actualité des entreprises en France

AccueilActualitéBombe lacrymogène : de quoi est-elle composée ?

Bombe lacrymogène : de quoi est-elle composée ?

Date:

Articles connexes

Pourquoi est-il avantageux d’investir dans l’achat d’une porte blindée ?

Investir dans une porte Blindée : Pourquoi Le renforcement de...

Comment rédiger le procès-verbal du conseil d’administration

Il est important de savoir comment rédiger le procès-verbal...

Épilation au laser : voici toutes les bonnes raisons de dire oui !

De nombreuses personnes considèrent que les poils gâchent dans...

Quelle est la composition d’une bombe lacrymogène ?

Il faut entendre par bombe lacrymogène, tout composé chimique qui appartient à la famille des irritants et qui fait partie de l’arsenal utilisé par les forces de l’ordre notamment pour disperser les foules. Pour précision, un irritant, c’est tout produit susceptible de faire couler des larmes aux personnes en direction de qui il est utilisé. C’est d’ailleurs du mot « larme » qu’émane le qualificatif « lacrymogène ». Soit, contrairement à d’autres armes chimiques qui peuvent donner la mort, la substance indexée ici est préférée parce qu’elle est très faiblement toxique et surtout non létale.

Que dire des différents types de gaz lacrymogènes?

La bombe lacrymogène, souvent utilisée aux fins de mettre en respect quelqu’un, de disperser une foule, de dissuader une personne emportée par un élan de colère et voulant nuire, a la réputation d’être hyper performante. Il ne lui faut que trois à dix secondes pour provoquer l’irritation oculaire. Et pour ce qui est de celui ou celle qui en a fait les frais, il lui faudra dix minutes au moins pour retrouver ses esprits. Ceci dit étant dit, il vous est loisible de vous demander combien de types de bombe lacrymogène on distingue dans le monde.

A cette question, le chiffre qui apparaît promptement est 15. Effectivement, à ce jour, 15 substances chimiques sont utilisées comme agents lacrymogènes dans le monde. Néanmoins, toutes ne sont pas logées à la même enseigne : il y en a qui sont plus usités que d’autres. Il s’agit de l’Orthochlorobenzalmalononitrile (CS), de la Dibenzoxazépine (CR), du Chloroacétophénone (CN), du Cyanure d’a-bromobenzyle (BBC).  Il n’en demeure pas moins que même dans ce registre, un produit surpasse tous les autres en termes d’échos, d’exploitation et de notoriété. La bombe lacrymogène CS !

Se disant des initiales de Corson et Stoughton, les chimistes qui ont synthétisé la molécule, c’est justement la composition de cet agent chimique que nous allons à présent passer en revue. Ces composantes sont notamment : le charbon, le nitrate de potassium, le silicone, le sucre, la nitrocellulose, le carbonate de magnésium et le chlorate de potassium (plus de détails sur Gataka).

Quelles sont les différentes composantes de la bombe lacrymogène ?

Elles sont principalement au nombre de sept. Il y a au prime abord le charbon, un matériau qui entre dans la composition de la bombe lacrymogène et qui se mue purement et simplement en carbone pur dès le moment où la combustion intervient. Vient ensuite le nitrate de potassium qui a la caractéristique de maintenir vive la combustion du charbon dans la mesure où au cours de l’allumage,  il fait vaporiser de l’oxygène pur dans des proportions très élevées. Puis après, il faut distinguer le silicone.

Dans le processus d’exploitation d’un gaz irritant, cette substance intervient pour permettre d’obtenir des gouttes de dioxyde de carbone. Après que le charbon et le nitrate de potassium ont brûlé, les gouttes de dioxyde constitutives de la bombe lacrymogène ainsi obtenues vont déclencher l’allumage des autres composantes. L’on ne saurait également occulter le sucre. Dans le dispositif, ce dernier fond à 186°C pour ensuite chauffer et vaporiser l’arme chimique sans pour autant lui nuire.

Le carbonate de potassium, l’autre constituant devient quant à lui, au moment de la combustion, du chloride de potassium, l’élément générant la fumée perceptible chaque fois que du gaz est vaporisé. Les deux derniers corps de composition du lot sont le chlorate de magnésium et la nitrocellulose. Le premier est celui qui met hors d’état de nuire tout contenu acide, nocif à la bombe lacrymogène. C’est une éventualité qui est constamment plausible à cause des souillures ou de l’humidité. Mieux, c’est le chlorate de magnésium qui contient le CO2 capable d’accroître la quantité de gaz à vaporiser.

Pour finir, la nitrocellulose, un explosif fulminant par excellence, est le déclencheur des fortes quantités de gaz et de chaleur utiles dans certaines circonstances précises. Pour plus d’informations, rendez-vous sur cette page.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Le Marier
Pierre Le Marierhttps://www.contreinfo.info/
Le plaisir de publier des actualités et de rester informer au quotidien. Vous suivrez l’actualité des entreprises sélectionné et traité avec soin. Vous pouvez proposer des actualités professionnelles sur toutes les thématiques que vous trouverez ci dessus. Vous avez notre mail pour effectuer votre demande en bas de notre site internet.

Top Article