mercredi, octobre 5, 2022

L’actualité des entreprises en France

AccueilEconomieComment faire un bilan prévisionnel pour sa première année d'exercice ?

Comment faire un bilan prévisionnel pour sa première année d’exercice ?

Date:

Articles connexes

Tout futur chef d’entreprise doit anticiper sa première année d’exercice avant de lancer son activité. Il doit, pour cela, réaliser un bilan prévisionnel qui va lui être très utile, tant pour lui que pour ses partenaires.

Créer un business plan comprend des notions comptables, managériales et commerciales qui ont un double but : vérifier la viabilité du projet et trouver un financement privé ou public.

Qu’est-ce qu’un bilan prévisionnel ?

Le bilan prévisionnel met en chiffres le projet de l’entrepreneur. Il est généralement réalisé par un comptable du fait de la complexité de sa réalisation.

Il ne s’agit pas ici d’aligner simplement des chiffres d’achats et de ventes, mais de les traduire en langage comptable.

De ce bilan prévisionnel seront tirées des analyses souvent poussées avec élaboration de ratios, calculs de retour sur investissement, capacité d’emprunt et autre résultat d’exploitation prévisionnel.

Le bilan prévisionnel contient ainsi tous les éléments clés du projet :

  • les capitaux propres ;
  • les immobilisations ;
  • la trésorerie ;
  • les investissements ;
  • les amortissements ;
  • le stock :

L’ensemble permet de déterminer 3 ratios importants pris en compte notamment par les organismes de financement des entreprises.

Le BFR ou Besoin en fonds de roulement prévisionnel
Il précise les besoins en trésorerie à court terme d’une entreprise en tenant compte des flux financiers entrants et sortants. Autrement dit, le BFR correspond :

  • au stock immobilisé qui reste plus ou moins longtemps dans l’entreprise et représente donc une immobilisation d’un capital avant sa vente ;
  • aux décaissements prévisionnels qui sont les dettes fournisseurs. Une entreprise, pour exister, doit, selon son activité, acheter des marchandises pour les revendre ou les transformer pour un faire un produit fini ;
  • aux encaissements qui sont les ventes estimées sur une période donnée.

Son calcul se fait à partir du montant du stock + les créances des clients (ventes) auxquels on retire les montants des dettes fournisseurs. Si le résultat est négatif, c’est-à-dire que le stock + les ventes prévisionnelles sont supérieures aux dettes, il s’agit d’une ressource pour l’entreprise.

À titre d’exemple : il existe un décalage au bénéfice de l’entreprise si celle-ci reçoit un paiement comptant avant de régler son fournisseur.

Le fonds de roulement ou FRNG

Le fonds de roulement net global correspond à la somme dont dispose l’entreprise pour payer ses employés, ses fournisseurs, ses crédits. Il est constitué du capital social, des réserves, des dettes en cours > 1 an et des amortissements auxquels on soustrait les immobilisations brutes.

Il indique ici la ressource stable de l’entreprise. Il permet de prévenir un éventuel défaut de paiement ou une variation importante des ventes à venir.

La trésorerie nette

La différence entre le fonds de roulement net global (FRNG) et le besoin en fonds de roulement (BRF) donne la trésorerie nette.

Pourquoi faire réaliser son bilan prévisionnel par un comptable ?
Si les termes précédents vous semblent compliqués à appréhender, c’est tout à fait normal. Le chef d’entreprise en devenir ne peut s’improviser comptable ! S’il possède, bien évidemment, une expertise dans son domaine d’activité, la gestion d’entreprise et les chiffres qui l’accompagnent ne sont pas obligatoirement son fort.

S’il est recommandé au futur entrepreneur de suivre une formation en entrepreneuriat, travailler les chiffres de son projet en créant un véritable bilan a pour but de :

  • présenter le projet à de futurs partenaires : associés, professionnels du secteur ;
  • obtenir des aides et des subventions : organismes publics ou privés, mécènes ;
  • trouver un financement bancaire : prêt immobilier, achat de matériel en leasing, etc. ;
  • vérifier la tenue sur le long terme du projet.

L’articulation de ces prévisions demande donc des connaissances particulières.

Le cas du microentrepreneur et le business plan
Les points abordés ci-devant s’adressent plus particulièrement aux entrepreneurs désirant créer une activité commerciale d’une certaine ampleur ou vérifier l’éventuelle reprise d’une entreprise.

Néanmoins, le microentrepreneur ayant besoin d’un prêt bancaire pour lancer son activité devra également réaliser ce bilan prévisionnel. Les banques ne se contentent plus aujourd’hui d’un exposé vantant les mérites d’une activité ; elles désirent des chiffres détaillés avant d’accorder un prêt.

Si l’activité du microentrepreneur ne nécessite pas de prêt bancaire, il est alors possible de faire pour soi-même un petit prévisionnel qui sera plus simple et non soumis à ces calculs aussi complexes que l’impose la comptabilité.

Estimer son chiffre d’affaires

Un entrepreneur désirant se lancer en microentreprise, dans une activité de service notamment, doit réaliser une estimation de son chiffre d’affaires. Celle-ci va lui permettre de connaître la rémunération qu’il est en droit d’attendre et de vérifier, au fur et à mesure de son activité, s’il se trouve dans la fourchette haute ou basse et d’éventuellement prendre certaines mesures rectificatives.

Prévoir ses charges sociales

Les charges sociales sont un impératif financier à ne pas négliger. Elles ne peuvent être décalées sous peine de majorations des organismes sociaux. Il est donc important de calculer le montant mensuel des charges à régler et d’en tenir compte lors de l’estimation de la trésorerie disponible.

Calculer la trésorerie prévisionnelle pour fonctionner

La trésorerie permet de rémunérer le microentrepreneur, de régler les fournisseurs et les charges sociales. Pour préserver sa trésorerie, il est un point à ne jamais négliger : les délais de paiement des clients.

Plus ceux-ci règlent tard, plus la trésorerie peut être tendue. Lors du calcul de la trésorerie estimée, il est bon de tenir compte d’un délai de paiement à X jours dans ses prévisions. Cela peut signifier qu’une prestation effectuée en mars, facturée fin mars avec un délai de règlement à 30 jours ne sera disponible que début mai sur le compte bancaire de l’entrepreneur.

Faire son bilan prévisionnel soi-même ou avec un comptable ?

Pour conclure, si votre activité demande la mise en place de facilités de caisse, d’un prêt ou d’un financement privé ou public, vous n’aurez d’autre solution que de passer par un comptable pour réaliser le bilan prévisionnel en bonne et due forme.

Si votre structure se limite à une activité de prestataire indépendant, nous vous encourageons, néanmoins, à vous former a minima sur les éléments comptables. Vous pourrez ainsi plus facilement réaliser un prévisionnel, même limité, sur lequel vous vous appuierez pour vérifier le développement de votre entreprise.

Pierre Le Marier
Pierre Le Marierhttps://www.contreinfo.info/
Le plaisir de publier des actualités et de rester informer au quotidien. Vous suivrez l’actualité des entreprises sélectionné et traité avec soin. Vous pouvez proposer des actualités professionnelles sur toutes les thématiques que vous trouverez ci dessus. Vous avez notre mail pour effectuer votre demande en bas de notre site internet.

Top Article