International Iran
Mis à Jour le : 20 janvier 2012  18:39
Iran : réfléchir avant d’agir, par Leslie H. Gelb
20 janvier 2012

Vietnam, Irak, Afghanistan. Leslie H. Gelb, figure respectée des cercles diplomatiques de Washington rappelle les leçons chèrement apprises durant les dernières guerres américaines : « en dehors de ceux qui bénissent le son du canon où qu’il résonne, tout le monde entrevoyait rapidement la terrible vérité : les responsables gouvernementaux n’avaient que bien peu d’idées - voire aucune - sur ce qu’ils étaient en train de faire, sur ce qu’était réellement le pays envahi, ce qui pouvait ou non être accompli, et à quel coût. » Face à la récente poussée de fièvre guerrière contre l’Iran qui enflamme les Républicains, il réclame un débat public sur les enjeux et les risques d’une opération militaire dans le détroit d’Ormuz, et énumère les très nombreuses incertitudes qui pourraient provoquer une déflagration incontrôlable. --- L’Iran est l’une des frontières possibles où les lignes de failles de plus en plus larges qui séparent le vieux monde - l’occident - des émergents, pourraient déclencher un conflit majeur, faute d’avoir pris conscience que le rapport de force n’est plus celui de l’immédiat après guerre froide. Les faucons de Washington croient toujours que la puissance de feu américaine suffira, gesticulations et démonstration de force aidant, à intimider le reste du monde. Mais le monde a changé. Les émergents ont acquis depuis la crise financière provoquée par le « centre » une confiance renforcée dans leurs destins, une certitude croissante que leur futur nécessitera de moins en moins de transiger avec d’anciennes puissances qui prétendaient régenter les usages du monde, mais se sont révélés incompétentes, et pire encore, nuisibles. L’Iran, qui nous est présenté comme le nouveau « méchant » du jour, est à l’intersection de cette différence d’interprétation, de ces lignes de force géopolitiques. Pour les non alignés, il représente l’exemple type d’une souveraineté bafouée par un occident qui s’arroge le droit de lui interdire l’accès aux technologies qui sont gages d’indépendance - à la maitrise du nucléaire civil. Pour la Chine, c’est un fournisseur d’une énergie primaire dont la sécurisation est aujourd’hui un enjeu stratégique. La mécompréhension de l’occident de cette nouvelle réalité qui se dessine - sa non reconnaissance, pour cause de surestimation aveuglante de son pouvoir et de sa légitimité - est dangereuse. Des conflits catastrophiques peuvent naître fortuitement en raison d’erreurs d’évaluation des forces en présence. Mais il y a plus : venant surdéterminer ces lignes de tensions, Israël, la dernière aventure coloniale occidentale, jusqu’à aujourd’hui incapable d’assumer une résolution pacifique des antagonismes, certes difficilement surmontables, résultant de sa situation initiale, mais aussi aujourd’hui du poids accru des interprétations de plus en plus littérales de la promesse biblique - tient aujourd’hui sur l’échiquier moyen oriental la place d’une pièce aux mouvements erratiques. Renforçant d’autant la dangerosité du moment, contre toute nécessité réellement vitale. Contre Info.

par Leslie H. Gelb, Daily Beast, 17 janvier 2012

Nous recommençons encore une fois ces choses abominables. Comme par le passé, nous laissons une bande de politiques ignorants, incapables de penser, et des experts en politique étrangère animés par un esprit partisan, définir des ultimatums en forme de « lignes rouges. » Comme par le passé, nous les laissons nous conduire à marche forcée vers la guerre. Cette fois, leur cible est l’Iran. Dieu sait si les dirigeants iraniens sont des gens peu fréquentables, capables d’actions dangereuses. Mais si nous avons appris au moins quelque chose, après nous être lancés dans les guerres du Vietnam, d’Irak et d’Afghanistan, c’est ceci : nous devons organiser une confrontation publique des rhétoriques guerrières avant, et non après le début du conflit.

Bien sur, il existe des risques à agir de façon aussi raisonnable. Cela donne un signal d’hésitation, et même de faiblesse, à l’adversaire. Mais pour moi, le plus grand risque réside dans le fait de ne pas hésiter. Le véritable risque serait de ne pas examiner complètement et publiquement les justifications pour la guerre. A l’occasion de chaque conflit majeur durant les dernières décennies, l’opinion publique pensait que le gouvernement et les experts savaient de quoi ils parlaient et comprenaient ce qu’ils proposaient de faire. Puis, environ une année plus tard, ces certitudes s’effondraient. En dehors de ceux qui bénissent le son du canon où qu’il résonne, tout le monde entrevoyait rapidement la terrible vérité : les responsables gouvernementaux n’avaient que bien peu d’idées - voire aucune - sur ce qu’ils étaient en train de faire, sur ce qu’était réellement le pays envahi, et ce qui pouvait ou non être accompli, et à quel coût. Mais il est était alors trop tard. La vie si précieuse de nos soldats avait été sacrifiée, notre prestige amoindri. La politique et le patriotisme avaient prévalu sur la raison.

Pour notre bien, nous ne devons pas autoriser ceci à nouveau. Organisons des sessions d’auditions parlementaires, qui soient approfondies et soigneusement préparées, afin d’entendre les arguments favorables ou opposés à une guerre avec l’Iran. Que ces sessions soient conduites par la Commission des affaires étrangères du Sénat, ou par une commission spéciale installée par le Président Obama. Menons ce travail consciencieusement et d’une façon systématique, tout particulièrement en raison de l’approche de l’élection présidentielle, avec ce qu’elle apporte de bêtise et de virulence. Oui, certes, je sais que cette forme de procès public est loin d’être parfaite, et n’apporte pas de vraie solution. Mais je ne vois aucun autre moyen de ralentir le suivisme passif qui nous est si familier sur le chemin de la guerre, et de contrer ses tambours major qui paradent en agitant les plans détaillant pourquoi la guerre doit être faite et comment elle pourra être gagnée. Les auditions publiques désorienteront sans doute nombre de gens, mais, démocratiquement, elle leurs donneront au moins la possibilité de forger leur jugement.

Deux facteurs pourraient vraisemblablement déclencher une confrontation avec l’Iran : la menace de Téhéran de bloquer le détroit d’Ormuz, qui est une voie de navigation internationale, et ses actions incessantes en vue d’acquérir l’arme nucléaire.

En apparence, la question d’Ormuz est refermée aussitôt qu’évoquée. Si Téhéran viole un principe fondamental des lois internationales et ferme une voie de navigation internationale, celle-ci doit être rouverte immédiatement par la force si nécessaire. C’est ma réaction instinctive. Mais, dès lors, une nouvelle question se pose. Pourquoi cette tâche incomberait-elle presqu’entièrement aux Etats-Unis ? Qu’en est-il des autres nations qui consomment le pétrole transitant par le détroit ? Combien de temps cela prendrait-il, pour rouvrir et maintenir libre le détroit, et à quel coût ? Faut-il attaquer des cibles terrestres pour y parvenir ? A quelle distance à l’intérieur des terres ? Qu’en serait-il des destructions des infrastructures économiques, et par-dessus tout, des victimes civiles ? Une telle opération militaire convaincrait-elle les iraniens qu’ils doivent acquérir l’arme nucléaire, ou les en dissuaderait-elle ? Une opération navale dans le détroit dirigée par les Etats-Unis faciliterait-elle pour Israël l’utilisation de cette couverture pour lancer une attaque massive contre les installations nucléaires iraniennes ? Cette attaque massive déclencherait-elle des représailles iraniennes à la fois contre Israël et les Etats-Unis ? Il n’existe aucune réponse simple et décisive à la plupart de ces questions. Bien sûr, en évoquant ces questions, certains plans américains pourraient être dévoilés, donnant un avantage à Téhéran. Néanmoins, le fait qu’elles soient posées donnerait aux Américains une vue plus claire sur ce vers quoi ils se dirigent, et de plus, cela obligerait le Congrès et l’exécutif à réfléchir plus intensément sur les actions qu’ils envisagent. Bien souvent, les gouvernements ne répondent pas aux questions les plus difficiles avant qu’ils n’y soient contraints, avant qu’il ne soit trop tard.

Leslie H. Gelb est Président émérite et Associé Senior au Council on Foreign Relations


Publication originale Daily Beast traduction Contre Info

Référence
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=3181
 
 
Dans la même
Rubrique
Dans l'Actualité