Contre Info · info
Les infos absentes des prompteurs de JT  
International Afghanistan
Mis à Jour le : 15 octobre 2009  16:20
Reportage : Afghanistan, la guerre d’Obama
15 octobre 2009

Le grand reporter Martin Smith a suivi pour la chaine publique américaine PBS la guerre menée par les Marines de la compagnie Echo aux confins de la province de Helmand, qui selon le général McChrystal a « été reprise trois fois des mains des talibans. » La réalité sur le terrain d’un corps expéditionnaire qui veut en même temps gagner les cœurs et les esprits et mener une guerre de contre-insurrection est fort éloignée des schémas compliqués de « Full Spectrum Operation » que le général en chef Petraeus présente à ses auditoires de Washington.

Contre Info, 15 octobre 2009

Le marché auprès duquel les Marines se sont installés pour faciliter leurs contacts avec la population est désormais désert. Les boutiques ont fermé leurs portes sous la menace des talibans. Chaque patrouille se termine en embuscade, et lorsque les Marines demandent aux villageois de les aider à combattre les talibans, ceux-ci leur répondent « Comment pourrions-nous vous aider ? Vous avez des tanks, des avions... Nous n’avons pas même une épée. Si vous n’arrivez pas à vaincre, comment le pourrions-nous ? »

Martin Smith souligne également le rôle clé du Pakistan, où la recrudescence des bombardements américains sur les zones tribales exacerbe le sentiment anti-américain. Les talibans sont une carte maitresse du Pakistan à l’échelle régionale, rappelle-t-il, et il est fort peu probable que le pays se prive de cet atout, ce qui vend vain tout espoir de succès militaire en Afghanistan.

Selon les modèles en vigueur dans les états-majors, 600 000 hommes seraient nécessaires pour contrôler l’Afghanistan. Même avec les 45 000 hommes réclamés par McChrystal, les USA seront loin du compte.

Interrogé par Martin Smith, le colonel Andrew Bacewich conclut ainsi : « on semble penser que l’Afghanistan est le coeur du Jihad. Que si nous parvenions à pacifier l’Afghanistan, le problème de la violence de l’Islam radical disparaitrait. Ce n’est pas le cas. La seule chose qui nous importe, c’est qu’Al Qaida ne l’utilise pas comme sanctuaire. Il n’est pas nécessaire d’occuper le pays pour cela. »

(JPG)

Voir la video sur le site de PBS

Référence
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2847
 
 
Dans la même
Rubrique
Dans l'Actualité
 
 

Contre Info - Un Autre Regard sur l'Actualité