Sociétés Technologies
Mis à Jour le : 10 mars 2009  12:52
Tribune - Loi « Création et internet » : les réactionnaires veulent arrêter le temps, par Nicolas Dupont Aignan
10 mars 2009

Prétendant défendre les artistes, la loi débattue au parlement ne vise en fait qu’à assurer une rente de situation à une industrie qui n’a pas su s’adapter à la révolution numérique, estime Nicolas Dupont Aignan. Inapplicable, potentiellement liberticide, par la surveillance généralisée qu’elle implique, c’est une nouvelle et vaine tentative pour refuser la seule solution viable : la licence globale, affirme le député gaulliste.

Par Nicolas Dupont-Aignan, 9 mars 2009

L’ouverture du débat sur la loi « Création et Internet » nous ramène trois ans en arrière, au temps des débats sur la loi DADVSI , ancêtre du projet « Création et internet » : le même dialogue de sourds a lieu entre les internautes, souvent des jeunes, qui refusent à juste titre une criminalisation injuste et infâmante, et des artistes qui, légitimement, craignent pour l’avenir de leurs revenus.

Malheureusement plutôt que de tirer les enseignements du précédent débat et du caractère inapplicable de la loi votée il y a trois ans, le gouvernement, pressé par les majors du disque, se précipite à nouveau dans un mur. Les artistes dans cette affaire ne sont que l’alibi d’entreprises qui voient s’effondrer leur modèle économique (faut-il dire leur « rente » ?) car elles n’ont pas su ou voulu comprendre la révolution technologique du numérique.

Souvenons-nous des moines copistes qui, pour préserver leur travail, voulaient pendre Gutenberg et lutter contre le développement de l’imprimerie. Souvenons-nous de ces orchestres qui voulaient faire interdire le disque ou des producteurs de musique qui pensaient pouvoir interdire la diffusion de leurs artistes à la radio.

En vérité, on ne peut pas arrêter le temps et la loi que veut faire voter le gouvernement est promise à l’échec : soit elle sera finalement efficace mais tellement liberticide qu’elle finira par être abrogée. Soit, comme il est plus probable, elle sera contournée par une fraction grandissante des internautes et tombera elle-même en désuétude.

Quand comprendra-t-on qu’il n’y a qu’une solution, rendre légal le téléchargement illimité pour faire bénéficier ainsi les Français d’un accès à la culture sans précédent, celui que permet cette extraordinaire invention qu’est internet ?

En contrepartie, bien évidemment, pour rémunérer les auteurs et les artistes, la seule solution viable est de mettre en œuvre ce qui a été appelé la licence globale. Chaque abonnement ADSL comporterait un prélèvement financier alimentant un fond réparti entre les artistes.

Et que l’on ne nous dise pas que la chose est techniquement impossible alors même que l’on s’apprête à doter chaque ordinateur particulier pourvu d’une connexion ADSL d’un "mouchard filtrant" répertoriant l’ensemble des sites visités vers un serveur central ! A cet égard, l’usine à gaz « riposte graduée » prévue par la loi « Création et internet » coûterait cher à chaque internaute français pour se faire espionner par une sorte de petit Big Brother électronique (en tout état de cause fourni par une multinationale informatique bien connue), tandis que la licence globale permettrait d’avoir accès à l’ensemble des richesses de l’internet...

On mesure combien cette loi liberticide et dispendieuse a peu à voir avec la défense des artistes-créateurs et avec le simple sens de l’histoire.

Dans un cas comme dans l’autre, elle fait penser à une digue de sable érigée face à l’océan. Comme toujours, les réactionnaires veulent arrêter l’histoire mais sont finalement, tôt ou tard, balayés par elle.


Publication originale Nicolas Dupont Aignan

Référence
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2577
 
 
Dans la même
Rubrique
Dans l'Actualité